Secret Sound

Concert d'après "Les Sonnets" de William Shakespeare

Une batterie, un clavier, une guitare électrique, trois voix. Celle d’une femme et de deux hommes et la présence mystérieuse de sons, d’échos, comme des traînées de souvenirs. Des images projetées, des ombres, des mots, des clairs -obscurs, des focus subjectifs guidés par le regard, les sens, la mémoire. Douze sonnets de Shakespeare, en français, en anglais, chuchotés, soufflés, chantés, criés, pleurés, pour former une seule et même déclaration d’amour.

Sonnet 20 :

Maître de ma passion, ou sa maîtresse,
Nature t’a donné visage de femme,
Et des femmes tu as le cœur aimant,
Sans l’inconstance de celles qui sont perfides.

Ton œil brille plus franc, sans regards de biais,
Il couvre d’or tout objet qu’il regarde,
Ton aspect, masculin, fait pâlir les hommes
Pris par les yeux, les femmes, touchées dans l’âme.

Femme d’abord tu as été créé,
Mais en te façonnant Nature a perdu la tête
Et, par une addition, m’a privé de toi,
Ce qu’elle t’ajouta ne m'étant de rien.

Elle t’a outillé pour le plaisir des femmes ?
Soit, à moi ton amour, à elles son emploi.

Théâtre d'Air_Secret Sound_Visuel
2017

Conception et mise en scène
Virginie Fouchault

Composition et interprétation musicale
Anne-Laure Guenoux (claviers, voix)
Alan Corbel (guitare, voix)
Gaël Desbois (batterie)
Gérald Bertevas (arrangements, machines)

Création vidéo
Matthieu Mullot

Assistante à la mise en scène
Isabelle Bouvrain

Dates à venir

Photos

  • Théâtre d'Air_Secret Sound_Visuel

Videos

  • Théâtre d'Air_Secret Sound_Visuel
Intentions de mise en scène

Le spectacle

Sur un plateau de théâtre, dans une église, ou sous le préau d’un lycée, « Secret Sound » peut être joué partout pourvu que le lieu sonne bien. Une batterie, un clavier, une guitare électrique, trois voix, celle d’une femme et de deux hommes et la présence mystérieuse de sons, d’échos, comme des traînées de souvenirs. Des images projetées, des ombres, des mots, des clairs-obscurs, des focus subjectifs guidés par le regard, les sens, la mémoire. Douze sonnets de Shakespeare, en français, en anglais, chuchotés, soufflés, chantés, criés, pleurés pour former une seule et même déclaration d’amour.

Les sonnets, récits amoureux d'un raffinement extrême et feutré, reflètent le spectre de l'amour sous toutes ses formes. Ces sonnets sont intimes et universels. Après lecture il est apparu qu'ils pouvaient se dire, se parler-chanter, et se chanter, en français et en anglais. La musique se mêle naturellement au texte de façon intime, en vrai partenaire sensuel.

Les sonnets

Si la vie de Shakespeare reste un mystère pour un bon nombre d’historiens, la genèse des sonnets ne déroge pas à cette règle. Nous ne rentrerons pas dans la polémique. Nous savons que 152 sonnets ont été édités en 1609, sous le titre de « Shake-Speares sonnets ». Ils abordent les thèmes du beau, de la politique, de la vieillesse, de la mort et de l’amour. Les douze sonnets que nous avons choisis tournent autour de ce dernier thème : l’amour.

La majorité de ces sonnets s’adresse à un homme, jeune. Nous ne savons pas si Shakespeare était véritablement homosexuel. Le « je » des sonnets pourrait être un « je » imaginaire et, donc, celui d’une femme. Même si certaines fois le « je » est bien celui d’un homme mûr s’adressant à un homme jeune. Toujours est-il que ce trouble identitaire renforce l'universalité de cette parole d’amour et sa modernité. Pour renforcer cette ambiguïté, le sujet amoureux dans « Secret Sound » est tour à tour homme ou femme et parfois homme et femme. Nous voyageons dans le plus intime d’un cœur, d’un corps amoureux, sexué ou non. La tête quant à elle tente soit de comprendre, soit de résister, soit d’anticiper. Et c’est bien cette bagarre intérieure que nous tenterons de faire entendre. Nous retrouvons dans les sonnets, les contraires et les duels intimes et universels déjà rencontrés dans les pièces de Shakespeare : le genre, l’amour sous toutes ses formes, la beauté, la laideur, le vice et la vertu, la passion en réponse à la mort… Dans ses contrastes, ses contraires, ses ambiguïtés , sa quête des sensations, des émotions, Shakespeare apparaît là aussi comme l’un des plus grands ambassadeurs de l’art baroque.

La musique des sonnets dans « Secret Sound » aura parfois les couleurs du rock baroque, du Glam rock (glamour et décadent), David Bowie (« Ziggy Stardust »). On pensera aussi à certains albums de Serge Gainsbourg (« Melody Nelson ») et d’Alain Bashung (« L’Imprudence ») dans la place laissée au récit, aux mots.

Les répétitions

Nous nous enfermons dès le matin tous les six, en face à face avec un sonnet. Sans anticipation intellectuelle, ni composition musicale. Le sonnet se balade de voix en voix, de note en note. Puis, petit à petit, au cours de la matinée, le sonnet apparaît, porté par chacun d’entre nous.

Une fois sa colonne vertébrale bien formée, sa mélodie et son rythme bien identifiés, le travail de composition, d’arrangement, d’interprétation commence. C’est un travail collectif, qui se fait dans l'écoute et dans le plus grand respect des compétences de chacun. Les quatre musiciens travaillent pour la première fois ensemble. Ils sont très différents, pourtant, on a le sentiment qu’ils se connaissent depuis toujours. Ce sont les sonnets qui font qu’ils se ressemblent. Et, mon regard, aussi, sans doute. J’ai perçu en eux, au delà d’une technique vocale et musicale, une sensibilité, une sensualité, un mystère répondant parfaitement à ma lecture intime des sonnets de Shakespeare.

Production

Production
Théâtre d'Air

Le Théâtre d’Air est une compagnie soutenue par la Ville de Laval, le Département de la Mayenne et la Région des Pays de la Loire.